Éducateur spécialisé (ES)

Le métier

1. Définition

L’éducateur(trice) spécialisé(e) est un professionnel du travail social. Il/elle accompagne, dans une démarche éducative et sociale globale, des personnes, des groupes ou des familles en difficulté dans le développement de leurs capacités de socialisation, d’autonomie, d’intégration ou d’insertion. Son intervention s’effectue dans le respect du projet institutionnel et de l’expression de la demande des personnes accompagnées. Il/elle travaille au sein d’une équipe pluridisciplinaire ou pluriprofessionnelle.

Dans le cadre de ses missions, il/elle est amené(e) à organiser et/ou coordonner des projets et/ou mobiliser des équipes dans la mise en place d’actions socio-éducatives en interne ou dans le cadre de travail en partenariat.

L’éducateur(trice) spécialisé(e)  accompagne des enfants, des adolescents, de jeunes adultes, des adultes, des familles et des groupes en situation de vulnérabilité ou de handicap auprès desquels il/elle contribue à créer les conditions pour qu’ils soient protégés et accompagnés, considérés dans leurs droits et puissent les faire valoir. Il/elle contribue au processus de socialisation, d’autonomie et d’insertion des personnes. Il/elle favorise le renforcement des liens sociaux et des solidarités dans l’environnement des personnes et de la société. Il/elle aide au développement de la personnalité et à l’épanouissement de la personne et peut contribuer à son insertion socio-professionnelle.

L’éducateur(trice) spécialisé(e) établit une relation éducative à partir de ses observations et de situations du quotidien dans des espaces institutionnels formels et informels. Dans sa pratique, il/elle adopte des attitudes et des postures basées notamment sur l’empathie, l’écoute et la bienveillance. Il/elle s’adapte à l’autre en se rendant disponible.

Il/elle est amené à élaborer un accompagnement éducatif avec la personne ou le groupe dans une temporalité tenant compte des singularités, des aspirations et des potentialités de chacun. Il/elle s’inscrit dans un travail d’équipe avec laquelle il/elle partage et analyse des hypothèses de travail adaptées aux besoins repérés.

Il/elle conçoit, conduit, évalue des actions socio-éducatives dans le cadre de projets personnalisés, crée et met en œuvre des actions mobilisant différentes méthodologies, propose des activités, des médiations et fait preuve de créativité.

 

2. Qualités et compétences nécessaires

Ce métier requiert un réel intérêt pour les problèmes sociaux et humains, une capacité à travailler en équipe, de la créativité, le sens des responsabilités et un engagement personnel pour exercer dans toutes les structures ou services de l’éducation spécialisée, de l’action sociale et des services partenaires. Confronté à des situations souvent dramatiques et toujours complexes, l’éducateur spécialisé doit avoir un solide équilibre psychologique et le sens des réalités. À l’écoute des autres, il sait aussi se montrer ferme dans ses décisions et persévérant dans ses actions.

 

3. Lieux d’exercice

L’éducateur spécialisé exerce dans le secteur public ou privé, en internat ou en externat, avec deux pôles essentiels s’entrecroisant dans sa pratique : l’un à dominante éducative, l’autre à dominante plutôt sociale.

Les principaux secteurs d’intervention de l’éducateur spécialisé sont en lien avec tous les services et dispositifs liés à l’action sociale des partenaires de l’éducation spécialisée (éducation nationale, santé, solidarité, justice, travail, culture, jeunesse et sports, fonction publique d’état et territoriale….).

Les établissements d’intervention comprennent les établissements et services du secteur du handicap, de la protection de l’enfance, de la santé et de l’insertion sociale, du milieu ouvert et de la prévention spécialisée.

Internats ou externats éducatifs, structures d’insertion ou de travail aidé, collectivités territoriales, maisons d’enfants à caractère social (MECS), foyers de l’enfance, foyers jeunes travailleurs, centres maternels, centres de prévention spécialisée, centres d’hébergement et de réinsertion sociale, unités d’hébergement diversifiées, foyers maternels, établissements scolaires, instituts d’éducation motrice, instituts médico-éducatifs (IME), établissements d’aide par le travail (ESAT), centres médico-psychopédagogiques (CMPP), services d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD), hôpitaux, associations…

 

La formation

Voies d’accès à la formation

  • Voie directe (formation initiale)
  • Apprentissage
  • Formation continue (pour des salariés)

Le programme de formation est commun aux apprenants en voie directe, en apprentissage ou en formation continue.

 

Présentation

L’objectif de la formation est de permettre aux apprenants d’acquérir :

  • des connaissances sur les problèmes sociaux et les populations,
  • des connaissances sur le contexte économique et social, son évolution, les cadres juridiques, politiques et administratifs de l’intervention,
  • des méthodologies et techniques d’analyse et d’intervention,
  • une démarche éthique.

 

Durée

La formation d’une durée de 3 ans repose sur le principe de l’alternance avec des périodes de formation théorique et des périodes de formation pratique sur des lieux de stage réparties de la façon suivante :

  • formation théorique (1 450 heures)
  • formation pratique (2 100 heures).

Elle est organisée en semestre et en domaine de formation (DF).

 

Contenu

La formation théorique se compose de 4 domaines de formation :

  • DF1 : Relation éducative spécialisée (500 heures)
  • DF2 : Conception et conduite de projet éducatif spécialisé (400 heures)
  • DF3 : Travail en équipe pluri-professionnelle et communication professionnelle (300 heures)
  • DF4 : Dynamiques interinstitutionnelles, partenariats et réseaux (250 heures)

La formation pratique se déroule sur 4 périodes. Les 60 semaines de stage (2 100 heures) sont réparties sur 4 périodes de stage. Elles se réalisent sur une diversité de sites qualifiants avec la possibilité de faire un stage à l’étranger (Union Européenne ou hors EU).

 

Validation

Cette formation est validée par le Diplôme d’Etat d’Educateur Spécialisé (DEES) – niveau 6*

Depuis la réforme des diplômes du travail social (Assistant de Service Social, Éducateur de Jeunes Enfants, Éducateur Spécialisé et Éducateur Technique Spécialisé) entrée en vigueur en septembre 2018, ce diplôme est gradé licence, c’est-à-dire accolé au grade. Cela permet une poursuite d’études dans un master, sans pour autant devoir passer une licence suite à l’obtention d’un de ces 4 diplômes. Seuls, les nouveaux diplômés à partir de 2021 obtiendront un diplôme de niveau II (bac +3) et non plus de niveau III (bac +2).

Dans le cadre de l’enseignement supérieur, l’obtention du diplôme d’Etat donne lieu à l’obtention de 180 crédits européens (ECTS).

*La nouvelle nomenclature des diplômes (décret N°2019 -14 du 8 janvier 2019) positionne désormais ces quatre Diplômes d’Etat au niveau 6 (anciennement II).

 

Conditions d’accès à la formation

Peuvent être admis en formation les candidats remplissant au moins une des conditions suivantes :

  • Etre titulaire d’un baccalauréat français
  • Etre titulaire d’un diplôme, certificat ou titre homologué ou inscrit au répertoire national des certifications professionnelles au moins au niveau IV 
  • Bénéficier d’une validation de leurs études, de leurs expériences professionnelles ou de leurs acquis personnels en application de l’article L 613-5 du code de l’éducation.

La sélection pour l’entrée en formation se fait suite à une épreuve orale d’admission de 30 minutes permettant d’évaluer la motivation et les aptitudes à suivre la formation et à satisfaire les attendus du métier.

 

Inscription aux épreuves de sélection pour la rentrée de septembre 2020

Il existe 3 modalités d’inscription à la formation en fonction du statut du candidat :

Lycéens, étudiants en reconversion ou demandeurs d’emploi :

  • Inscription sur la plate-forme Parcoursup à partir du 22 janvier 2020
    • Date limite de confirmation de votre vœu pour la formation : 2 avril 2020
  • Tous les candidats sont convoqués à l’épreuve orale d’admission.
  • Prise de rendez-vous par le ou la candidat(e) sur l’outil de rendez-vous de Parcoursup du 4 au 8 avril 2020.
  • Épreuves orales d’admission : du 14 au 24/04/2020 et le 4/05/2020

 

Futurs apprentis :

  • Inscription sur la plate-forme Parcoursup à partir du 22 janvier 2020
    • Recherche d’un employeur pour effectuer votre apprentissage
    • Tous les candidats avec une promesse d’embauche sont convoqués à l’épreuve orale d’admission
    • Prise de rendez-vous pour l’épreuve orale sur l’outil de rendez-vous de Parcoursup du 15 au 19 juin 2020.
    • Epreuves orales d’admission : le 1 juillet 2020.

 

Salariés bénéficiant d’un financement par leur employeur, un OPCO ou le CPF de transition

  • Inscription sur notre site d’admission à partir du 5 décembre 2019
    • Date limite d’inscription : 23 février 2020
    • Épreuves orales d’admission: les 16 et 17 mars 2020.

Téléchargez le règlement d’admission pour plus de détails.

 

Tarifs

Tarif de l’inscription à l’épreuve d’admission orale : 170 euros.

  • Après enregistrement des dossiers, les frais d’inscriptions ne sont pas remboursables, sauf cas de force majeure et sur présentation d’un justificatif.
    Dans ce cas, des frais de gestion administrative (50 €) restent acquis à l’ITSRA


    Tarifs d’inscription à la formation:
  • Pour les étudiants ou demandeurs d’emploi en « formation initiale » (Parcoursup): le coût de la formation est pris en charge par le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes. Pour suivre la formation, les apprenants (étudiants et  stagiaires de la formation professionnelle) devront s’acquitter chaque année :- des droits d’inscription et des frais de scolarité : 782 € (170 € de droits d’inscription et 612 € de frais de scolarité)
    – de la Contribution Vie Etudiante et de Campus : 91 €. La CVEC doit être réglée sur le portail numérique dédié et l’attestation doit être fournie à l’ITSRA pour valider l’inscription.
  • Pour les apprentis (Parcoursup), le coût de la formation est pris en charge par l’OPCO.
  • Pour les salariés dans le secteur social ou dans un autre domaine professionnel : le coût de la formation est pris en charge par l’employeur et/ou l’OPCO auprès duquel l’employeur cotise pour la formation de ses salariés ou dans le cadre du CPF de transition. Ils n’ont pas à acquitter des frais d’inscription et de scolarité. Un devis personnalisé est systématiquement réalisé suite à la demande d’un candidat.

 

Contacts

Pour toute question :
Relative à la formation :

Relative aux conditions d’accès et à l’inscription aux épreuves d’admission :