Éducateur spécialisé (ES)

LE METIER

DESCRIPTION DU METIER :

L’éducateur spécialisé (ES) est un professionnel du travail social. Il accompagne, dans une démarche éducative et sociale globale, des personnes, des groupes ou des familles en difficulté dans le développement de leurs capacités de socialisation, d’autonomie, d’intégration ou d’insertion. Son intervention s’effectue dans le respect du projet institutionnel et de l’expression de la demande des personnes accompagnées. Il travaille au sein d’une équipe pluridisciplinaire ou pluriprofessionnelle.

Dans le cadre de ses missions, il est amené à organiser et/ou coordonner des projets et/ou mobiliser des équipes dans la mise en place d’actions socio-éducatives en interne ou dans le cadre de travail en partenariat.

L’éducateur spécialisé accompagne des enfants, des adolescents, de jeunes adultes, des adultes, des familles et des groupes en situation de vulnérabilité ou de handicap auprès desquels il contribue à créer les conditions pour qu’ils soient protégés et accompagnés, considérés dans leurs droits et puissent les faire valoir. Il contribue au processus de socialisation, d’autonomie et d’insertion des personnes. Il favorise le renforcement des liens sociaux et des solidarités dans l’environnement des personnes et de la société. Il aide au développement de la personnalité et à l’épanouissement de la personne et peut contribuer à son insertion socio-professionnelle.

 

LIEUX D’INTERVENTION :

L’éducateur spécialisé exerce dans le secteur public ou privé, en internat ou en externat, avec deux pôles essentiels s’entrecroisant dans sa pratique : l’un à dominante éducative, l’autre à dominante plutôt sociale. Les principaux secteurs d’intervention de l’éducateur spécialisé sont en lien avec tous les services et dispositifs liés à l’action sociale des partenaires de l’éducation spécialisée (éducation nationale, santé, solidarité, justice, travail, culture, jeunesse et sports, fonction publique d’état et territoriale…).

Son intervention se situe dans le champ du handicap, de la protection de l’enfance, de l’insertion sociale et professionnelle, et de la prévention spécialisée et peut s’effectuer en milieu ouverts ou dans les établissements :

Internats ou externats éducatifs, structures d’insertion ou de travail aidé, collectivités territoriales, maisons d’enfants à caractère social (MECS), foyers de l’enfance, foyers jeunes travailleurs, centres maternels, centres de prévention spécialisée, centres d’hébergement et de réinsertion sociale, unités d’hébergement diversifiées, foyers maternels, établissements scolaires, instituts d’éducation motrice, instituts médico-éducatifs (IME), établissements d’aide par le travail (ESAT), centres médico-psychopédagogiques (CMPP), services d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD), hôpitaux, associations…

 

PERSPECTIVES D’EVOLUTION PROFESSIONNELLE :

Avec de l’expérience professionnelle, l’éducateur spécialisé peut accéder à des postes de management, de chef de service, ou de directeur d’établissement…

En construisant un parcours de formation ajusté, grâce à des allègements de formation ou encore par la VAE (validation des acquis de l’expérience), l’éducateur spécialisé pourra capitaliser sur son expérience et choisir d’évoluer dans le secteur social en validant un diplôme de niveau supérieur :

  • le certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (CAFERUIS)
  • le diplôme d’État d’ingénierie sociale (DEIS)
  • le certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de chef de service d’intervention sociale (CAFDES)

Depuis la réforme des diplômes du travail social (Assistant de Service Social, Éducateur de Jeunes Enfants, Éducateur Spécialisé et Éducateur Technique Spécialisé) entrée en vigueur en septembre 2018, ce diplôme est gradé licence, c’est-à-dire accolé au grade. Cela permet une poursuite d’études dans un master, sans pour autant devoir passer une licence. Seuls, les nouveaux diplômés à partir de 2021 obtiendront un diplôme de niveau 6 (bac +3) et non plus de niveau 5 (bac +2).

 

 

LA FORMATION

VOIES D’ACCES A LA FORMATION :

La formation d’éducateur spécialisé est accessible :

  • En formation initiale (Voie directe) : vous êtes lycéen, étudiant en reconversion ou demandeur d’emploi. Vos frais pédagogiques sont pris en charge par la Région Auvergne Rhône Alpes si vous êtes admis à l’issue de l’épreuve d’admission.
  • En apprentissage : vous avez un contrat d’apprentissage. Vous avez alors un statut salarié et votre employeur assure la prise en charge du coût de la formation
  • En formation continue : vous êtes salarié et vous souhaitez faire financer votre formation dans le cadre d’un des dispositifs de la formation professionnelle (plan de développement des compétences, OPCO de votre employeur ou CPF de transition)

A noter que le programme de formation est commun aux apprenants en formation initiale, en apprentissage ou en formation continue.

 

  • Nombre de places en formation en fonction de la voie d’accès:

Formation initiale : 70
Apprentissage : 10
Formation continue :15

Formation éligible au Compte Personnel de Formation
Code CPF : 239394

 

OBJECTIFS DE LA FORMATION :

La formation doit permettre au futur Educateur Spécialisé d’acquérir les compétences associées aux quatre domaines de compétences du référentiel (DC) :

  • DC 1 : La relation éducative spécialisée
  • DC2 : Conception et conduite de projets éducatifs spécialisés
  • DC3 : Travail en équipe pluriprofessionnelle et communication professionnelle
  • DC4 : Dynamiques interinstitutionnelles, partenariats et réseaux

 

DUREE DE LA FORMATION :

La formation préparant au Diplôme d’Etat d’Educateur Spécialisé (DESS) se déroule sur 3 ans alternant des périodes de formation théorique et des périodes de formation pratique dans des établissements d’accueil. Elle comporte 1450 heures de formation théorique et 2100 heures de formation pratique (60 semaines).

La professionnalisation des apprenants se construit progressivement dans cette alternance pratique/théorie tout au long du parcours.

 

LES CHIFFRES CLES DE LA FORMATION :

  • Taux de réussite au diplôme DEES : 96 % en 2021

 

FORMATION THEORIQUE :

La formation comprend des enseignements théoriques, méthodologiques, appliqués et pratiques, un enseignement de langue vivante étrangère et un enseignement relatif aux pratiques informatiques et numériques, organisés sous forme de modules déclinés en cours.

La formation théorique se décline en 4 domaines de formation :

  • DF1 : Relation éducative spécialisée (500 heures)
  • DF2 : Conception et conduite de projet éducatif spécialisé (400 heures)
  • DF3 : Travail en équipe pluri-professionnelle et communication professionnelle (300 heures)
  • DF4 : Dynamiques interinstitutionnelles, partenariats et réseaux (250 heures)

La formation est accessible par blocs de compétences. Pour tout renseignement, nous consulter.

 

La formation théorique est assurée par des formateurs expérimentés et par des intervenants professionnels du secteur de l’intervention sociale (pour plus d’informations sur la liste des formateurs, nous contacter). Les formateurs permanents de l’établissement, souvent issus du terrain, se tiennent au courant des évolutions des pratiques professionnelles, en effectuant une veille régulière et en échangeant avec les terrains professionnels, notamment lors des visites de stage. Ils transmettent au quotidien connaissances et méthodologies d’intervention et accompagnent les apprenants dans la réussite de leur parcours.

 

L’organisation de la formation théorique propose des modalités pédagogiques variées alternant :

  • des cours magistraux (pour la transmission de connaissances, concepts et méthodologies),
  • des travaux dirigés en sous-groupes (qui intègrent des travaux individuels et des travaux collectifs pour approfondir et mettre en application les connaissances concepts et méthodologies),
  • des travaux pratiques en petits groupes pour analyser sa pratique, préparer les certifications…

 

Durant la formation, chaque unité d’enseignement (ou module de formation) est affectée d’une valeur en crédits européens sur la base de 30 crédits pour l’ensemble des unités d’enseignement d’un semestre (soit 180 crédits ECTS pour les 6 semestres de la formation).

La validation des unités d’enseignements et l’attribution des crédits européens sont prononcées, chaque semestre, par la commission pédagogique sur la base des résultats aux « valorisations » ECTS. Ces valorisations des modules peuvent être effectuées sous la forme d’épreuves de valorisation finales (écrite ou orale, individuelle ou collective) ou en contrôle continue. Les différents résultats obtenus aux valorisations permettent de suivre la progression de l’apprenant tout au long du parcours de formation en vue de l’obtention du diplôme.

L’ITSRA délivre chaque semestre à chaque apprenant un relevé présentant les modules validés et les crédits européens obtenus.

 

Année 1 :

  • Histoire du travail social et de l’éducation spécialisée
  • Les processus de développement et de socialisation et les spécificités des publics
  • Initiation à la recherche, méthodologie du diagnostic socio-éducatif
  • Méthodologie de projet, Méthodes et techniques d’observation
  • Communication dans un cadre professionnel et le fonctionnement d’une équipe
  • Cadre historique et juridique du travail social
  • Périodes pratiques : stage 1 et stage 2

 

Année 2 :

  • La relation éducative : clinique, construction identitaire, phénomènes de violence, troubles du spectre autistique, discrimination, vulnérabilité, exclusion, dynamique de groupe, maltraitance, conduites à risque
  • Les médiations éducatives
  • Les projets des institutions,
  • Conception, dynamique et évaluation du projet éducatif spécialisé,
  • Adhésion au projet éducatif, éthique du projet
  • Le travail en équipe, les réunions, la régulation des conflits
  • Les établissements, services et institutions de l’éducation spécialisée
  • Droit du travail
  • Préparation aux certifications DC1, DC3 et DC4
  • Périodes pratiques : stage 3 et 1ère partie du stage 4

 

Année 3 :

  • Ethique professionnelle, déontologie et valeurs
  • Usure professionnelle, risques psychosociaux
  • Construction du mémoire de pratique professionnelle
  • Analyse de son positionnement professionnel dans le projet éducatif spécialisé
  • Coordination d’équipe
  • Animation d’un réseau professionnel
  • Politiques sociales
  • Préparation aux certifications DC1, DC2, DC3 et DC4
  • Période pratique : 2ème partie du stage 4

 

FORMATION PRATIQUE :

La formation pratique d’une durée de 60 semaines (2100 heures) se déroule sur 4 périodes, qui se réalisent sur une diversité de sites qualifiants avec la possibilité de faire un stage à l’étranger (Union Européenne ou hors EU).

La première période de formation pratique d’au moins 8 semaines est suivie au cours des deux premiers semestres. Cette période peut être scindée en deux fois quatre semaines. Elle peut se dérouler sur deux sites qualifiants. La totalité de cette formation pratique est effectuée auprès d’un référent professionnel éducateur spécialisé. Les deuxième et troisième périodes de formation pratique sont d’une durée totale de 52 semaines. Elles peuvent se dérouler sur deux ou trois sites qualifiants. Au moins les deux tiers de ces formations pratiques sont effectués auprès d’un référent professionnel éducateur spécialisé.

A l’ITSRA, les périodes pratiques se déclinent en 4 stages, répartis de la façon suivante :

  • 2 stages en 1ère année :
    • Stage 1 au semestre 1 (8 semaines)
    • Stage 2 au semestre 2 (8 semaines)
  • 1 stage en 2ème année :
    • Stage 3 au semestre 3 (8 semaines)
  • 1 stage sur la 2ème et la 3ème année :
    • Stage 4 sur les semestres 4, 5 et 6 (36 semaines)

 

Les objectifs des stages 1 et 2 :

  • Appréhender les missions d’un service, d’un établissement, d’une institution.
  • Identifier les champs d’intervention de l’éducation spécialisée.
  • Repérer les spécificités des publics accueillis ou accompagnés.
  • Identifier les fonctions et activités de l’ES.
  • Confirmer son projet professionnel.

 

Les objectifs des stages 3 et 4 : :      

  • Acquérir les compétences en lien avec le référentiel professionnel et se construire une identité et un positionnement professionnel. En mobilisant les connaissances théoriques dans les situations rencontrées sur le site qualifiant, ces périodes visent à
  • Analyser les conditions de mise en œuvre du cadre de l’accueil et de l’accompagnement social et éducatif spécialisé.
  • Construire avec la personne ou le groupe un projet socio-éducatif spécialisé.
  • Accompagner la personne ou le groupe dans l’appropriation du cadre et des règles
  • Mobiliser les techniques pour créer les conditions nécessaires à la participation et à la mobilisation des personnes accompagnées.
  • S’inscrire dans un travail d’équipe pluri-professionnel et pluridisciplinaire et identifier les relations fonctionnelles au sein de l’institution.
  • Appréhender les enjeux et les logiques interinstitutionnelles et partenariales et de réseau sur un territoire donné.
  • Analyser sa pratique dans l’accompagnement social et éducatif spécialisé de la personne ou du groupe sur le site qualifiant.
  • S’inscrire dans une démarche réflexive.

Pour les candidats n’ayant pas à valider les quatre domaines de compétences du diplôme, une période de formation pratique minimale est associée à chacun des domaines de formation constitutifs de leur programme individualisé de formation. Cette période est de 16 semaines (560h) pour chacun des deux premiers domaines de formation, et de 8 semaines (280h) pour les deux derniers domaines.

Les titulaires du diplôme d’État de conseiller en économie sociale familiale, du diplôme d’État d’assistant de service social, du diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants et du diplôme d’État d’éducateur technique spécialisé, sont dispensés de la formation et des certifications liées aux deux derniers domaines de formation.

 

VALIDATION DE LA FORMATION :

Cette formation est validée par le Diplôme d’Etat d’Educateur Spécialisé (DEES) de niveau 6* (équivalent Bac+3). Ce diplôme est délivré par le ministère des Solidarités et de la Santé et le Ministère chargé de l’enseignement supérieur. Ce diplôme est gradé licence, c’est-à-dire accolé au grade licence.

Le diplôme est délivré lorsque les 4 domaines de compétences (DC) sont validés par le candidat. Chaque domaine de compétences doit être validé séparément. Il ne peut y avoir de compensation entre les domaines de compétences, ni de moyenne globale. Un domaine est considéré comme acquis lorsque la moyenne des notes est supérieure ou égale à 10 sur 20.

Le DEES comprend 8 épreuves de certification, dont 7 sont réalisées en interne dans l’établissement de formation et 1 est organisée par le rectorat de Grenoble (Epreuve du mémoire de pratique professionnelle).

Chaque DC comprend 2 épreuves de certification auxquelles sont associés 2 blocs de compétences (voir tableau ci-après). 

L’établissement de formation présente les candidats au diplôme sur la base :

  • du suivi de la totalité de leur programme de formation,
  • de la présentation aux épreuves de certification organisées par l’établissement de formation ou de l’obtention de celles-ci lors d’une session précédente, une validation acquise d’une épreuve ou le bénéfice d’une dispense d’un domaine de compétences.,
  • de la réalisation des travaux écrits qui seront soutenus dans le cadre du mémoire de pratique professionnelle.

Dans le cadre de l’enseignement supérieur, l’obtention du diplôme d’Etat donne lieu à l’obtention de 180 crédits européens (ECTS).

 

Répartition des certifications pour la formation ES :

  • DC1-1 : 3ème année juin
  • DC1-2 : 3ème année juin (dernière épreuve)
  • DC 2-1 : 3ème année décembre
  • DC 2-2 : 3ème année février
  • DC 3-1 : 3ème année avril
  • DC 3-2 : 3ème année mai
  • DC 4-1 : 3ème année décembre
  • DC 4-2 : 3ème année mai

 

PARCOURS INDIVIDUALISES :

A l’entrée en formation, les candidats font l’objet d’un positionnement des acquis de leur formation et de leur expérience professionnelle. A l’issue de ce positionnement, ils peuvent bénéficier d’un allègement de formation dans la limite d’un tiers de la durée de la formation. Cet allègement peut porter sur la période de formation en établissement ou sur la période de formation pratique. Toutefois la durée de la formation pratique ne peut être réduite de plus d’un tiers.

Vous pouvez, après votre réussite aux épreuves d’admission et lors de la confirmation de l’entrée en formation, formuler une demande d’allègement au directeur de l’établissement en complétant le formulaire « dossier de demande d’allègement et/ou de dispense ». Votre situation est étudiée avec le responsable de la formation pour élaborer votre programme individualisé de formation prenant en compte les dispenses d’épreuve et les allègements. Ce projet de parcours individualisé est ensuite proposé à la commission pédagogique de la formation pour validation puis transmission aux autorités de tutelle.

A noter : dans le cadre des allègements, le candidat ne participe pas aux enseignements, sujets à allègements, mais doit se présenter aux épreuves de certification.

  • La dispense correspond à la validation du domaine de compétences
  • L’allègement de formation dispense de tout ou partie de la formation d’un DC mais nécessite de passer les épreuves de certification

En application de l’article D. 451-8 du code de l’action sociale et des familles, les domaines de compétences 3 et 4 du diplôme d’Etat sont considérés comme acquis par les titulaires du diplôme d’Etat d’assistant de service social, du diplôme d’Etat d’éducateur technique spécialisé, du diplôme d’Etat d’éducateur de jeunes enfants et du diplôme d’Etat de conseiller en économie sociale familiale. Ces titulaires sont automatiquement dispensés des formations dans ces domaines et des épreuves de certification correspondantes.

De plus, les candidats ayant validé, à compter de la session 2016, des domaines de compétences du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé régi par les dispositions de l’arrêté du 20 juin 2007 peuvent bénéficier, à leur demande, de dispenses des épreuves des blocs de compétences correspondants du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé. Pour ces candidats, la durée maximale de l’allègement de formation est portée à deux tiers.

 

 

COMMENT S’INSCRIRE EN FORMATION ?

APTITUDES NECESSAIRES POUR S’ENGAGER DANS LA FORMATION :

Le métier d’éducateur spécialisé requiert les 7 aptitudes suivantes :

  • Disposer de qualités humaines, de bienveillance et d’écoute.
  • Montrer une capacité à gérer ses émotions et son stress face à des situations humaines difficiles ou complexes et à développer la maîtrise de soi.
  • Montrer une attention pour les questions sociales et une ouverture au monde.
  • Montrer un intérêt pour les questions d’apprentissage et d’éducation.
  • Manifester de la curiosité et de l’intérêt pour l’engagement et la prise de responsabilité dans les projets collectifs.
  • Pouvoir organiser son travail, travailler de façon autonome, seul ou en équipe
  • Savoir mobiliser des compétences d’expression orale ou écrite.

 

ACCES A LA FORMATION – PRE-REQUIS A L’INSCRIPTION EN FORMATION :

  • Le candidat qui postule à la formation préparant au diplôme d’Educateur Spécialisé doit remplir au moins une des conditions suivantes :
  • Être titulaire du baccalauréat. A noter que l’épreuve d’admission est ouverte aux élèves de terminale et que leur admission est sous réserve de l’obtention du baccalauréat
  • Être titulaire d’un diplôme, certificat ou titre homologué ou inscrit au répertoire national des certifications professionnelles au moins au niveau IV
  • Bénéficier d’une validation de leurs études, de leurs expériences professionnelles ou de leurs acquis personnels, en application de l’article L. 613-5 du code de l’éducation. Dans ce cas, un dossier VAPP devra être complété avant le 31 novembre de l’année précédant l’entrée en formation.
  • Avoir satisfait avec succès à l’épreuve d’admission
  • Bénéficier d’un financement de la formation adapté au profil et à la situation du candidat

 

EPREUVE ORALE D’ADMISSION :

Une fois une des conditions ci-dessus remplies, le candidat doit s’inscrire à l’épreuve orale d’admission. Cette épreuve est obligatoire pour tous les candidats souhaitant entrer dans la formation d’ES. Elle a pour but de vérifier la motivation et l’aptitude à s’engager dans une formation professionnelle.

 

INSCRIPTIONS A L’EPREUVE ORALE D’ADMISSION :

Il existe 3 modalités d’inscription à la formation en fonction du statut du candidat :

Lycéens, étudiants en reconversion ou demandeurs d’emploi :

  • Inscription sur la plate-forme Parcoursup à partir de la date d’ouverture des inscriptions

Futurs apprentis :

  • Inscription sur la plate-forme Parcoursup à partir de la date d’ouverture des inscriptions
    • Recherche d’un employeur pour effectuer votre apprentissage.
    • Tous les candidats avec une promesse d’embauche sont convoqués à l’épreuve orale d’admission.

 

Salariés bénéficiant d’un financement par leur employeur, un OPCO ou le CPF de transition :

 

TARIFS :

Tarif de l’inscription à l’épreuve d’admission orale : 170 euros.

  • Après enregistrement des dossiers, les frais d’inscriptions ne sont pas remboursables, sauf cas de force majeure et sur présentation d’un justificatif.
    Dans ce cas, des frais de gestion administrative (50 €) restent acquis à l’ITSRA

Tarifs d’inscription à la formation:

  • Pour les étudiants ou demandeurs d’emploi en « formation initiale » (Parcoursup) : le coût de la formation est pris en charge par le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes. Pour suivre la formation, les apprenants (étudiants et stagiaires de la formation professionnelle) devront s’acquitter chaque année :

– des droits d’inscription et des frais de scolarité : 782 € (170 € de droits d’inscription et 612 € de frais de scolarité)

– de la Contribution Vie Etudiante et de Campus : 91 €. La CVEC doit être réglée sur le portail numérique dédié et l’attestation doit être fournie à l’ITSRA pour valider l’inscription.

  • Pour les apprentis (Parcoursup), le coût de la formation est pris en charge par l’OPCO.
  • Pour les salariés dans le secteur social ou dans un autre domaine professionnel : le coût de la formation est pris en charge par l’employeur et/ou l’OPCO auprès duquel l’employeur cotise pour la formation de ses salariés ou dans le cadre du CPF de transition. Ils n’ont pas à acquitter des frais d’inscription et de scolarité. 18 806,5 € pour la totalité de la formation.

Un devis personnalisé est systématiquement réalisé suite à la demande d’un candidat.

 

CONTACTS

Pour toute question :

Relative aux conditions d’accès et à l’inscription aux épreuves d’admission :

Relative à la formation :