Éducateur de jeunes enfants (EJE)

LE METIER

DESCRIPTION DU METIER :

L’éducateur de jeunes enfants est un professionnel du travail social et de l’éducation « spécialiste » de la petite enfance. Il accueille et accompagne des jeunes enfants de la naissance à 7 ans dans une démarche éducative, sociale et préventive globale en lien avec la famille.

L’éducateur de jeunes enfants intervient dans une démarche éthique, dans le respect de l’altérité et de la singularité de l’enfant, de ses parents et du groupe. Il contribue au bien-être, à l’épanouissement et à l’autonomie de l’enfant au sein d’un groupe et dans son environnement.

Son intervention vise à favoriser un développement global et harmonieux. En créant un environnement bienveillant, riche et motivant, il permet l’expression des potentialités motrices, affectives, cognitives, sensorielles et langagières de l’enfant.  Il participe ainsi à son éveil, à sa socialisation et à son inclusion sociale.  Il instaure une relation éducative et accompagne le jeune enfant dans son développement en coopération avec sa famille et dans son environnement social.

L’Educateur de jeunes enfants travaille au sein d’une équipe pluridisciplinaire et pluriprofessionnelle. À partir de ses connaissances spécifiques du développement du jeune enfant, il contribue à l’élaboration et à la mise en œuvre du projet social, éducatif et pédagogique, et il veille au maintien de la continuité éducative dans le respect du milieu familial, social et culturel de l’enfant.  

L’éducateur de jeunes enfants conçoit des modalités d’intervention pour conduire et coordonner l’action éducative au sein de la structure mais aussi à l’extérieur en développant des partenariats avec des professionnels du territoire dans les champs éducatif, culturel, social, médico-social et sanitaire.

Au regard des cadres institutionnels et de ses missions, il développe l’action éducative du territoire. Il participe à la coordination des accompagnements pluridisciplinaires nécessaires à l’enfant et à sa famille dans le respect de leurs intérêts et de leurs droits.   

En veille permanente sur les évolutions du secteur sur lequel il intervient, l’éducateur de jeunes enfants développe une fonction d’expertise éducative et sociale sur la politique de la famille et le champ de la petite enfance.

Son intervention repose sur des actions éducatives individuelles et collectives en direction de l’enfant, de ses parents et de la famille, et elle s’inscrit dans une démarche de prévention dans l’accompagnement de l’enfant et de la parentalité.

 

LIEUX D’INTERVENTION :

L’éducateur de jeunes enfants exerce dans le secteur public ou privé du champ de la petite enfance.

75% des EJE (selon le ministère de l’économie, des finances et de la relance) exercent dans les structures d’accueil de la petite enfance, les structures socio-éducatives, sanitaires ou de loisirs. Il s’agit essentiellement des établissement d’accueil du jeune enfant (multi-accueil, jardin d’enfant, crèche parentale…) , des Relais Assistants Maternels, des crèches familiales, des LAEP, des ludothèques, des écoles alternatives…

L’EJE peut également intervenir auprès d’enfants malades, dans les hôpitaux (service de pédiatrie, d’oncologie, de pédopsychiatrie), les maisons de cure ou de convalescence.

Il peut travailler dans des établissements et des services spécialisés qui accueillent des enfants en situation de handicap comme des centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP), des instituts médico-éducatifs (IME) , des centres médico-psychologiques ou médico- psychopédagogiques ( CMP, CMPP),  des services d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) ou des centres pour déficients sensoriels.

Et il peut également exercer dans les établissements et services accueillant des enfants rencontrant des difficultés sociales et/ou familiales comme : la protection maternelle et infantile (PMI), des foyers de l’enfance (pouponnière, MECS), les centres parentaux…

 

PERSPECTIVES D’EVOLUTION PROFESSIONNELLE :

Après quelques années d’exercice, il peut prendre la responsabilité et assumer la direction d’une structure d’accueil (halte-garderie, crèche, jardin d’enfants, service éducatif…). Il peut également occuper des fonctions d’encadrement d’équipe ou de formation de stagiaires. Dans le cas où l’éducateur de jeunes enfants est directeur d’une structure petite enfance, il doit avoir au moins 3 ans d’expérience et, au-delà de 30 enfants, un diplôme de niveau supérieur.

Les professionnels expérimentés ont également accès à des formations complémentaires afin de se reconvertir et/ou d’évoluer dans le secteur social en préparant ou en validant par la VAE un diplôme de niveau supérieur, comme :

  • le certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (CAFERUIS)
  • le diplôme d’État d’ingénierie sociale (DEIS)
  • le certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de chef de service d’intervention sociale (CAFDES)

Depuis la réforme des diplômes du travail social (Assistant de Service Social, Éducateur de Jeunes Enfants, Éducateur Spécialisé et Éducateur Technique Spécialisé) entrée en vigueur en septembre 2018, ce diplôme est gradé licence, c’est-à-dire accolé au grade. Cela permet une poursuite d’études dans un master, sans pour autant devoir passer une licence. Seuls, les nouveaux diplômés à partir de 2021 obtiendront un diplôme de niveau 6 (bac +3) et non plus de niveau 5 (bac +2).

 

LA FORMATION

LIEU DE LA FORMATION :

Institut de Travail Social de la Région Auvergne, 62 avenue Marx Dormoy, 63000 Clermont-Ferrand.

 

VOIES D’ACCES A LA FORMATION :

La formation d’éducateur de jeunes enfants est accessible :

  • En formation initiale : vous êtes lycéen, étudiant en reconversion ou demandeur d’emploi. Vos frais pédagogiques sont pris en charge par la Région Auvergne Rhône Alpes si vous êtes admis à l’issue de l’épreuve d’admission.
  • En formation par la voie de l’apprentissage : vous avez un contrat d’apprentissage. Vous avez alors un statut salarié et votre employeur assure la prise en charge du coût de la formation
  • En formation continue : vous êtes salarié et vous souhaitez faire financer votre formation dans le cadre d’un des dispositifs de la formation professionnelle (plan de développement des compétences, OPCO de votre employeur ou CPF de transition)

A noter que le programme de formation est commun aux apprenants en formation initiale, en apprentissage ou en formation continue.

  • Nombre de places en formation en fonction de la voie d’accès :
    Formation initiale : 28
    Apprentissage : 5
    Formation continue : 10

Formation éligible au Compte Personnel de Formation
Code CPF : 330267

 

OBJECTIFS DE LA FORMATION :

La formation vise à développer chez l’étudiant des aptitudes et des capacités afin qu’elles deviennent des compétences transférables dans les différents secteurs d’intervention de l’éducateur de jeunes enfants. Ces compétences sont associées aux quatre domaines de compétences (DC) du référentiel professionnel :

  • DC 1 : L’accueil et l’accompagnement du jeune enfant et de sa famille
  • DC 2 : Action éducative en direction du jeune enfant
  • DC 3 : Travail en équipe pluriprofessionnelle et communication professionnelle
  • DC 4 : Dynamiques interinstitutionnelles, partenariats et réseaux

Dans le cadre du projet pédagogique de l’ITSRA, l’équipe pédagogique s’engage à :

  • Permettre à chaque étudiant d’acquérir et de renforcer les savoirs et les savoir-faire nécessaires à la construction de son identité professionnelle de travailleur social compétent dans le domaine de la petite enfance.
  • Rendre l’étudiant en formation acteur de son projet de professionnalisation,
  • Accentuer la dynamique de l’alternance intégrative par des terrains professionnels diversifiés et un suivi collectif et individualisé de la formation pratique.

 

DUREE DE LA FORMATION :

La formation préparant au Diplôme d’Etat d’Educateur de Jeunes Enfants (DEEJE) se déroule sur 3 ans en alternance intégrative, c’est-à-dire alternant des périodes de formation théorique et des périodes de formation pratique sur des sites qualifiants.

Elle comporte 1500 heures de formation théorique et 2100 heures de formation pratique (60 semaines).

La professionnalisation des apprenants se construit progressivement dans cette alternance théorie/pratique tout au long du parcours.

Le programme de formation est abordé à partir de mises en situations multiples qui doivent permettre aux étudiants de s’investir régulièrement et de découvrir des réalités professionnelles et méthodes pédagogiques variées.

L’exigence de travail demandé par l’établissement de formation nécessite une présence et une implication régulière de la part des apprenants en formation

 

LES CHIFFRES CLES DE LA FORMATION :

  • Taux de réussite au diplôme DEES : 95%
  • Taux d’insertion dans l’emploi : 12 mois après l’obtention du diplôme dont % en CDI et % dans le département où ils ont fait leur formation : juste à la suite du DEEJE, 16 sur 19 de nos étudiants sont en poste (CDI et CDD) , soit 84% dès la fin de formation

 

FORMATION THEORIQUE :

Les quatre domaines de compétence du référentiel professionnel s’articulent autour de 3 axes d’enseignements complémentaires et indissociables à l’acquisition de compétences professionnelles qui sont :

  • Les connaissances théoriques,
  • Les méthodologies de l’intervention,
  • Le positionnement professionnel.

La formation comprend donc des enseignements théoriques, méthodologiques, appliqués et pratiques, un enseignement de langue vivante étrangère et un enseignement relatif aux pratiques informatiques et numériques, organisés sous forme de modules déclinés en cours.

 

La formation théorique se décline en 4 domaines de formation :

  • DF1 : Accueil et accompagnement du jeune enfant et de sa famille (500 heures)
  • DF2 : action éducative en direction du jeune enfant (500 heures)
  • DF3 : Travail en équipe pluriprofessionnelle et communication professionnelle (250 heures)
  • DF4 : Dynamiques interinstitutionnelles, partenariats et réseaux (250 heures)

Et, ces quatre domaines de formation sont traversés par l’unité d’enseignement « Initiation à la recherche ».

La formation théorique est assurée par des formateurs expérimentés et par des intervenants professionnels du secteur de l’intervention sociale (pour plus d’informations sur la liste des formateurs, nous contacter). Les formateurs permanents de l’établissement, souvent issus du terrain, se tiennent au courant des évolutions des politiques sociales et petite enfance, sur les problématiques sociales et familiales ainsi que des réflexions et pratiques professionnelles, en étant dans une démarche de veille continue et en échangeant avec les terrains professionnels, notamment lors des visites de stage. Ils transmettent au quotidien connaissances, méthodologies d’intervention, expériences professionnelles et accompagnent les apprenants dans la réussite de leur parcours.

 

L’organisation de la formation théorique propose des modalités pédagogiques variées alternant :

  • des cours magistraux (pour la transmission de connaissances, concepts et méthodologies),
  • des travaux dirigés en sous-groupes (qui intègrent des travaux individuels et des travaux collectifs pour approfondir et mettre en application les connaissances, concepts et méthodologies),
  • des travaux pratiques en petits groupes pour analyser sa pratique, préparer les certifications…

 

Durant la formation, chaque unité d’enseignement (ou module de formation) est affectée d’une valeur en crédits européens sur la base de 30 crédits pour l’ensemble des unités d’enseignement d’un semestre (soit 180 crédits ECTS pour les 6 semestres de la formation). Les crédits ECTS sont calculés en fonction de la charge de travail qui comprend : le temps de formation théorique, le temps de formation pratique, et le temps de travail personnel estimé.

La validation des unités d’enseignements et l’attribution des crédits européens sont prononcées, chaque semestre, par la commission pédagogique sur la base des résultats aux « valorisations » ECTS.

Ces valorisations des modules peuvent être effectuées sous la forme d’épreuves de valorisation finales (écrite ou orale, individuelle ou collective) ou en contrôle continu. Les différents résultats obtenus aux valorisations permettent de suivre la progression de l’apprenant tout au long du parcours de formation en vue de l’obtention du diplôme.

L’ITSRA délivre chaque semestre à chaque apprenant un relevé présentant les modules validés et les crédits européens obtenus.

 

Année 1 :

  • Histoire du travail social et de ses métiers
  • Connaissances des approches disciplinaires
  • Introduction à l’organisation administrative et judiciaire en France et en Europe
  • Les politique sociales et familiales
  • Statut et droits de l’enfant
  • Cadre réglementaire des EAJE (Etablissements d’accueil du Jeune Enfant)
  • Le développement de l’enfant et de la personne
  • Les fondamentaux de puériculture, réglementation et protocoles
  • La famille, la parentalité
  • Le projet
  • L’observation
  • Initiation à la recherche documentaire
  • Approche clinique du sujet
  • Fondamentaux de l’éducation et de la pédagogie, pédagogies spécifiques
  • Médiations éducatives
  • Expression et créativité de l’enfant
  • L’éducation à la santé, la prévention sociale et les facteurs d’inclusion/exclusion
  • Attachement et interaction précoces
  • Politiques de territoire
  • Travail en réseau et en partenariat
  • Dynamiques des groupes et travail d’équipe
  • Economie et budgets
  • Groupe de Suivi et de professionnalisation (accompagnement collectif de formation et analyse de la pratique professionnelle)
  • Formation pratique : 1ère période et 2ème période de stage (1)

 

Année 2 :

  • Accueil des familles et culture familiale
  • Interculturalité et accueil de la diversité
  • Médiation éducatives et démarche de projet d’action éducative
  • Pédagogie et valeurs de l’EJE
  • Aménagement de l’espace
  • L’enfant et le groupe : socialisation et interactions entre pairs
  • Parler aux enfants
  • Préventions des accidents de la vie courante et conduites à tenir
  • Approfondissement des dynamiques institutionnelles
  • Sociologie des organisations
  • La communication professionnelle : cadre réglementaire, les écrits professionnels, les réunions et création d’outils
  • Veille médiatique en lien avec une problématique sociale ou familiale
  • Méthodologie et initiation à la recherche
  • Définition et construction de l’identité professionnelle
  • Groupe de Suivi et de professionnalisation (accompagnement collectif de formation et analyse de la pratique professionnelle)
  • Groupe de suivi, de professionnalisation et de réflexivité (atelier mémoire et analyse de la pratique professionnelle)
  • Formation pratique : 2ème période (2) et 3ème période de stage

 

Année 3 :

  • Psychopathologie du développement de l’enfant
  • La maltraitance intrafamiliale
  • L’« autisme infantile »
  • Facteurs de vulnérabilité des familles, parentalités spécifiques et soutien à la parentalité
  • Analyse de situations éducatives, cas cliniques
  • Projet d’éducation à la santé, démarche de santé et de prévention
  • Pédagogie 2-6 ans
  • Usage et pratique du numérique
  • Réactivation de la langue anglaise
  • Approche systémique
  • Conduite d’entretien et relation d’aide
  • Gestion d’un EAJE : droits du travail, risques psychosociaux, management d’équipe, accueil administratif des familles
  • Connaissances des partenaires des champs du handicap et de la protection de l’enfance
  • Positionnement professionnel
  • Méthodologie et initiation à la recherche
  • Groupe de suivi, de professionnalisation et de réflexivité (atelier mémoire et analyse de la pratique professionnelle)
  • Formation pratique : 3ème période de stage (suite) et 4ème période de stage

 

FORMATION PRATIQUE :

La formation pratique d’une durée de 60 semaines (2100 heures) se déroule sur 4 périodes, qui se réalisent sur une diversité de sites qualifiants avec la possibilité de faire un stage à l’étranger (Union Européenne ou hors EU).

La première période de formation pratique d’au moins 8 semaines est suivie au cours du 1er semestre. La totalité de cette formation pratique est effectuée auprès d’un référent professionnel Educateur de Jeunes enfants.

Les deuxième, troisième et quatrième périodes de formation pratique sont d’une durée totale de 52 semaines. Elles peuvent se dérouler sur deux ou trois sites qualifiants. Au moins les deux tiers de ces formations pratiques sont effectués auprès d’un référent professionnel éducateur de jeunes enfants. A l’ITSRA, ces 3 périodes se déclinent en 4 stages.

 

Objectifs de la 1ère période stage – 8 semaines au Semestre 1 :  

L’apprenant devra sur cette première période de stage appréhender les contours du métier d’EJE , confronter ses représentations avec la découverte et la rencontre d’une réalité professionnelle : 

  • Appréhender les missions d’un service, d’un établissement, d’une institution.
  • Repérer les caractéristiques d’un territoire et ses acteurs.
  • Repérer les spécificités du public accueilli ou accompagné.
  • Identifier les fonctions et activités de l’éducateur de jeunes enfants
  • Confirmer son projet professionnel

 

Les objectifs complémentaires de cette 1ère période de formation pratique posés par le centre de formation sont : 

  • Développer une connaissance des différents métiers qui compose l’équipe pluri professionnelle afin de différencier la spécificité de l’EJE dans son action éducative.
  • Faire preuve de curiosité professionnelle, partager ses questionnements dans une démarche de compréhension (contexte, besoins et accompagnement de l’enfant et de sa famille, pratiques, organisation du service, fonctionnement…).
  • S’intéresser aux besoins des familles dans le contexte d’accueil.
  • Participer à la prise en charge de l’enfant au quotidien dans le respect du cadre posé par l’équipe.
  • S’exercer à la méthodologie de l’observation du développement d’un enfant.

 

Objectifs de la deuxième période de stage – 7 semaines au Semestre 2 et 9 semaines au Semestre 3, de la troisième période stage – 28 semaines sur le Semestre 4 et Semestre 5, et de la quatrième période de stage – 8 semaines sur le Semestre 6:

L’apprenant devra affiner les contours du métiers d’EJE et s’engager dans l’acquisition de compétences en lien avec le référentiel professionnel. En mobilisant des connaissances théoriques dans les situations professionnelles rencontrées sur le site qualifiant, ces périodes visent à :

  • Mettre en œuvre une démarche d’accueil et d’accompagnement de l’enfant et de sa famille ;
  • S’inscrire dans un travail d’équipe pluriprofessionnel et pluridisciplinaire ;
  • Analyser l’environnement institutionnel, les enjeux interinstitutionnels et partenariaux de coopération et d’inscription dans des réseaux d’acteurs socioprofessionnels ;
  • Créer les conditions d’accueils du jeune enfant et de sa famille ;
  • Instaurer au quotidien une relation personnalisée avec le jeune enfant et sa famille ;
  • Mettre en œuvre un projet éducatif avec le jeune enfant, en lien avec sa famille ;
  • Créer et animer des activités individuelles et collectives favorisant le jeu, l’expression, l’autonomie et la socialisation ;
  • Elaborer de écrits professionnels dans le cadre des règles éthiques et du droit des personnes ;
  • Rechercher, analyser et partager l’information ;
  • S’inscrire dans une démarche réflexive.

Pour les candidats n’ayant pas à valider les quatre domaines de compétences du diplôme, une période de formation pratique minimale est associée à chacun des domaines de formation constitutifs de leur programme individualisé de formation. Cette période est de 16 semaines (560h) pour chacun des deux premiers domaines de formation, et de 8 semaines (280h) pour les deux derniers domaines.

Les titulaires du diplôme d’État de conseiller en économie sociale familiale, du diplôme d’État d’assistant de service social, du diplôme d’État d’éducateur spécialisé et du diplôme d’État d’éducateur technique spécialisé, sont dispensés des formations pratiques des deux derniers domaines de formation.

 

VALIDATION DE LA FORMATION :

Cette formation est validée par le Diplôme d’Etat d’Educateur de Jeunes Enfants (DEEJE) de niveau 6* (équivalent Bac+3). Ce diplôme est délivré par le ministère des Solidarités et de la Santé et le Ministère chargé de l’enseignement supérieur. Ce diplôme est gradé licence, c’est-à-dire accolé au grade licence.

Le diplôme est délivré lorsque les 4 domaines de compétences (DC) sont validés par le candidat. Chaque domaine de compétences doit être validé séparément. Il ne peut y avoir de compensation entre les domaines de compétences, ni de moyenne globale. Un domaine est considéré comme acquis lorsque la moyenne des notes est supérieure ou égale à 10 sur 20.

Le DEEJE comprend 8 épreuves de certification, dont 7 sont réalisées en interne dans l’établissement de formation et 1 est organisée par la DREETS (Direction Régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités de Lyon  (Epreuve du mémoire de pratique professionnelle).

Chaque DC comprend 2 épreuves de certification auxquelles sont associés 2 blocs de compétences (voir tableau ci-après). 

L’établissement de formation présente les candidats au diplôme sur la base :

  • du suivi de la totalité de leur programme de formation tant théorique que pratique,
  • de la présentation aux épreuves de certification organisées par l’établissement de formation ou de l’obtention de celles-ci lors d’une session précédente, une validation acquise d’une épreuve ou le bénéfice d’une dispense d’un domaine de compétences.

Dans le cadre de l’enseignement supérieur, l’obtention du diplôme d’Etat donne lieu à l’obtention de 180 crédits européens (ECTS). Le visuel « Parcours des valorisations et des certifications » permet de présenter le positionnement des différentes certifications avec les temps de suivi et de préparation associés et les modules à valoriser pour chaque semestre.

 

PARCOURS INDIVIDUALISES :

A l’entrée en formation, les candidats font l’objet d’un positionnement des acquis de leur formation et de leur expérience professionnelle. A l’issue de ce positionnement, ils peuvent bénéficier d’un allègement de formation dans la limite d’un tiers de la durée de la formation tant pratique que théorique. Cet allègement peut porter sur la période de formation en établissement et/ou sur la période de formation pratique. Toutefois la durée de la formation pratique ne peut être réduite de plus d’un tiers.

Vous pouvez, après votre réussite aux épreuves d’admission et lors de la confirmation de l’entrée en formation, formuler une demande d’allègement au directeur de l’établissement en complétant le formulaire « dossier de demande d’allègement et/ou de dispense ». Votre situation est étudiée avec le responsable de la formation pour élaborer votre programme individualisé de formation prenant en compte les dispenses d’épreuve et les allègements. Ce projet de parcours individualisé est ensuite proposé à la commission pédagogique de la formation pour validation puis transmission aux autorités de tutelle.

A noter : dans le cadre des allègements, le candidat ne participe pas aux enseignements, sujets à allègements, mais doit se présenter aux épreuves de certification.

  • La dispense correspond à la validation du domaine de compétences
  • L’allègement de formation dispense de tout ou partie de la formation d’un DC mais nécessite de passer les épreuves de certification

En application de l’article D. 451-8 du code de l’action sociale et des familles, les domaines de compétences 3 et 4 du diplôme d’Etat sont considérés comme acquis et transférables pour les titulaires du diplôme d’Etat d’assistant de service social, du diplôme d’Etat d’éducateur de jeunes enfants, du diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé, du diplôme d’Etat d’éducateur technique spécialisé et du diplôme d’Etat de conseiller en économie sociale familiale. Ces titulaires sont automatiquement dispensés des formations dans ces domaines et des épreuves de certification correspondantes.

De plus, les candidats ayant validé, à compter de la session 2016, des domaines de compétences du diplôme d’Etat d’éducateur de jeunes enfants régi par les dispositions de l’arrêté du 20 juin 2007 peuvent bénéficier, à leur demande, de dispenses des épreuves des blocs de compétences correspondants du diplôme d’Etat d’éducateur de jeunes enfants. Pour ces candidats, la durée maximale de l’allègement de formation est portée à deux tiers.

 

La formation est également accessible par blocs de compétences. Pour tout renseignement, nous consulter.

 

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES :

 

COMMENT S’INSCRIRE EN FORMATION ?

APTITUDES NECESSAIRES POUR S’ENGAGER DANS LA FORMATION :

Le métier d’éducateur de jeunes enfants requiert les 7 aptitudes suivantes :

  • Disposer de qualités humaines, de bienveillance et d’écoute.
  • Montrer une capacité à gérer ses émotions et son stress face à des situations humaines difficiles ou complexes et à développer la maîtrise de soi.
  • Montrer une attention pour les questions sociales et une ouverture au monde.
  • Montrer un intérêt pour les questions d’apprentissage et d’éducation.
  • Manifester de la curiosité et de l’intérêt pour l’engagement et la prise de responsabilité dans les projets collectifs.
  • Pouvoir organiser son travail, travailler de façon autonome, seul ou en équipe
  • Savoir mobiliser des compétences d’expression orale ou écrite.

 

ACCES A LA FORMATION – PRE-REQUIS A L’INSCRIPTION EN FORMATION :

  • Le candidat qui postule à la formation préparant au diplôme d’Educateur de Jeunes enfants doit remplir au moins une des conditions suivantes :
  • Être titulaire du baccalauréat. A noter que l’épreuve d’admission est ouverte aux élèves de terminale et que leur admission est sous réserve de l’obtention du baccalauréat
  • Être titulaire d’un diplôme, certificat ou titre homologué ou inscrit au répertoire national des certifications professionnelles au moins au niveau IV
  • Bénéficier d’une validation de leurs études, de leurs expériences professionnelles ou de leurs acquis personnels, en application de l’article L. 613-5 du code de l’éducation. Dans ce cas, un dossier VAPP devra être complété avant le 31 novembre de l’année précédant l’entrée en formation.
  • Avoir satisfait avec succès à l’épreuve d’admission
  • Bénéficier d’un financement de la formation adapté au profil et à la situation du candidat

 

EPREUVE ORALE D’ADMISSION :

Une fois une des conditions ci-dessus remplies, le candidat doit s’inscrire à l’épreuve orale d’admission. Cette épreuve est obligatoire pour tous les candidats souhaitant entrer dans la formation d’EJE. Elle a pour but de vérifier la cohérence du projet professionnel, ainsi que la motivation et l’aptitude à s’engager dans une formation professionnalisante.

 

INSCRIPTIONS A L’EPREUVE ORALE D’ADMISSION :

Il existe 3 modalités d’inscription à la formation en fonction du statut du candidat :

Lycéens, étudiants en reconversion ou demandeurs d’emploi :

  • Inscription sur la plate-forme Parcoursup à partir de la date d’ouverture des inscriptions

Futurs apprentis :

  • Inscription sur la plate-forme Parcoursup à partir de la date d’ouverture des inscriptions
    • Recherche d’un employeur pour effectuer votre apprentissage.
    • Tous les candidats avec une promesse d’embauche sont convoqués à l’épreuve orale d’admission.

Salariés bénéficiant d’un financement par leur employeur, un OPCO ou le CPF de transition :

 

TARIFS :

Tarif de l’inscription à l’épreuve d’admission orale : 170 euros.

  • Après enregistrement des dossiers, les frais d’inscriptions ne sont pas remboursables, sauf cas de force majeure et sur présentation d’un justificatif.
    Dans ce cas, des frais de gestion administrative (50 €) restent acquis à l’ITSRA.

Tarifs d’inscription à la formation:

  • Pour les étudiants ou demandeurs d’emploi en « formation initiale » (Parcoursup) : le coût de la formation est pris en charge par le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes. Pour suivre la formation, les apprenants (étudiants et stagiaires de la formation professionnelle) devront s’acquitter chaque année :

– des droits d’inscription et des frais de scolarité : 782 € (170 € de droits d’inscription et 612 € de frais de scolarité).

– de la Contribution Vie Etudiante et de Campus : 91 €. La CVEC doit être réglée sur le portail numérique dédié et l’attestation doit être fournie à l’ITSRA pour valider l’inscription.

  • Pour les apprentis (Parcoursup), le coût de la formation est pris en charge par l’OPCO ou le CNFPT selon l’employeur.
  • Pour les salariés dans le secteur social ou dans un autre domaine professionnel : le coût de la formation est pris en charge par l’employeur et/ou l’OPCO auprès duquel l’employeur cotise pour la formation de ses salariés ou dans le cadre du CPF de transition. Ils n’ont pas à acquitter des frais d’inscription et de scolarité. 19 455 € pour la totalité de la formation.

Un devis personnalisé est systématiquement réalisé suite à la demande d’un candidat.

 

CONTACTS

Pour toute question :

  • relative aux conditions d’accès et à l’inscription aux épreuves d’admission :
    Contact sélection (Laurence COSTE) : 04 63 05 03 85 –
    admissions-deeje@itsra.net

09/2021